Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Communiqué 
Le Bureau politique du Mouvement culturel pour le salut du Sénégal « Fulla ak Fayda » (Mcss), s’est réuni ce dimanche 10 juin 2018, à son siège, sous la présidence de son secrétaire général, Monsieur Abdoulaye Mamadou Guissé pour apprécier l’actualité au niveau national. 
En effet, la démocratie sénégalaise a montré sa vitalité et sa maturité, en rendant possible la tenue des assises nationales dans un contexte marqué par la rupture du dialogue entre le pouvoir et l’opposition d’alors, suite au boycott des élections législatives de 2007 par l’opposition d’alors. Dans la mesure où ces assises ont été des moments de délibération ou un cadre d’expression de forces, jouant le rôle de contre-pouvoir, elles ont été un intense moment de vie démocratique.
Le Bureau politique estime qu’au-delà de son contenu et de sa valeur, on doit considérer les assises nationales comme une étape décisive dans la marche de la démocratie sénégalaise. Mais faut–il le rappeler dans une société démocratique, le débat politique se fait dans les institutions. Sous ce rapport, dix ans après les conclusions des assises, et quatre ans de mise en œuvre du PSE, une certaine opposition gagnerait à comprendre que les conclusions des assises nationales ne peuvent guère constituer un programme de gouvernement.
Le projet de loi portant révision de la Constitution, soumis au peuple sénégalais lors du référendum du 20 mars 2016 et qui a vu le « Oui » devancer le « Non » avec 62,7 % des suffrages, est une continuité du projet des Assises Nationale. Aujourd’hui, dans les nouvelles conditions de l’histoire politique de notre pays, le Bureau politique estime que c’est le niveau d’application des 15 points contenus dans la loi référendaire qui doit être au cœur du débat national que l’application des conclusions des assises nationales qui sont du reste derrière nous. 
L’affaire Lamine Diack, du nom de l’ancien président de l’Iaaf (instance faîtière de l’athlétisme mondial) qui a avoué avoir financé les, assises nationales, avec l’argent du dopage russe, devrait pousser les « assisards » qui ont touché à cet argent à garder le silence le temps que la justice fasse la lumière définitivement sur cette affaire.  

Fait à Dakar, le 10 Juin 2018
Pour Le Bureau Politique
Le Président
Abdoulaye Mamadou Guissé

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :