Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Publié par Domou pikine

Notre société s'effondre et s'écroule: Les fléaux physiques et les affres de la vie ont rendu la société nécessaire. La société a ajouté aux malheurs de la nature. Les inconvénients de la société ont amené la nécessité du gouvernement et le gouvernement ajoute aux  malheurs de la société. Notre société est caractérisée par une politique délétère provoquée par des hommes d'une bassesse morale jamais égalée. Appâtés et séduits par l'argent, certains hommes ont tendance à faire prévaloir de leurs intérêts individuels au détriment de l'intérêt social. Des intellectuels alimentaires qui s'érigent en griots pour leur seul intérêt ou celui du pourvoir. Ils mobilisent leur intelligence pour tromper et endormir le peuple. Quel narcotique! Je n'attends rien des politiciens qui changent de parti comme on change de chemise. Ils ont leur logique que je ne peux pas comprendre. La vie politique n'inspire plus confiance et n'est pas accompagnée de l'éthique ni de la justice. Or, la politique sans la justice n'est que cruauté, la politique sans l'éthique est mère de la débauche; c'est pourquoi les trois doivent aller de pair. En conséquence Platon écrit " Politique sans éthique n'est que vulgaire technique de manipulation." Cette thèse platonicienne a été corroborée par Emmanuel Kant lorsqu'il déclare que "La vraie politique ne doit pas faire un pas sans avoir auparavant rendre hommage à la morale."  Sous ce rapport il convient de comprendre ce que la politique doit jouer au sein de la société. En effet, en tant qu'art de bien conduire les affaires de la société, la vraie politique doit être accompagnée de l'éducation parce que l'éducation des citoyens est un préalable nécessaire à la bonne marche de la société. La première tâche de la politique sera donc de former de bons citoyens tout en évitant la corruption. Car un peuple ne sera jamais que ce que la nature de son gouvernement le ferait être. Si le gouvernement est corrompu, le peuple le sera aussi. Par conséquent, pour changer les peuples, il faut d'abord changer les gouvernements. En sus pour qu'une société puisse perdurer et soit idéale, il sera certainement nécessaire de pardonner des atteintes graves à la justice, datant du passé, et de se réconcilier. Car ce n' est qu'en se réconciliant que ce cercle infernal de la vengeance, engendrant sans cesse de nouvelles violences, pourra être brisé, qu'un nouveau départ sera possible et un avenir commun envisageable.

Publié par Maxime Kanfany.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article